Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le forum ferme ses portes. pour tout savoir, rendez-vous ici.

Partagez | 
 

 (hestiane), medicine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
› pseudo : penthésilée +ophélia.
› messages : 313
› autres comptes : none.
› célébrité : Gal Gadot.
› crédits : mason (le plus parfait) +av.
› âge : trente ans.
MessageSujet: (hestiane), medicine.   Mar 26 Déc - 14:12


(hestiane #1), pick it up, pick it all up and start again. you've got a second chance, you could go home escape it all, it's just irrelevant. it's just medicine, it's just medicine. you could still be what you want to, what you said you were when I met you. you've got a warm heart, you've got a beautiful brain but it's disintegrating from all the medicine. daughter, medicine.

octobre 1978, sainte-mangouste › La salle d'attente est silencieuse. Ariane contemple les murs blancs de ses yeux sombres, bras croisés, ses phalanges crispées autour de ses coudes. A son annulaire gauche brille une alliance qui semble lui brûler la peau, sous couvert de ce devoir marital qu'elle est incapable d'accomplir. D'abord léger, son désir d'enfant est devenu obsession, poussée au paroxysme de son anxiété par la famille de son époux. Un besoin agrémenté par l'échec constant, l'absence de résultat positif. Dans une autre pièce de Sainte-Mangouste, où ses résultats se trouvent, se joue son avenir en tant que potentielle mère de famille. Elle pivote légèrement vers sa cadette, Hestia, et les deux sœurs échangent un regard bref mais entendu. Ariane se redresse, flanquée d'une dignité qui n'a pas lieu d'être – elle se sent vulnérable, comme brisée, assommée par des sentiments qui l'étouffent.

Ses doigts enserrent son menton, sa bouche. « Je ne- » commence-t-elle, bouche sèche et gorge serrée. « Hestia, je ne me sens pas très bien. » elle tire sur le col de sa chemise, passe sa main sur ses clavicules. Ne panique pas, qu'elle s'ordonne. Mais la chaleur lui monte aux joues, lui remonte l'estomac. L'endroit pourtant vide l'oppresse ; et ses analyses lui donnent d'ors et déjà l'impression de ne pas être suffisante. « Et si je ne peux pas en avoir ? Si j'ai un problème qui ne peut pas être résolu ? » qu'est-ce que je vais devenir ? Rétrospectivement, la vie ne lui a jamais joué de sales tours. Son mariage, bien qu'arrangé, est heureux. Elle est comblée et ce, même si son existence n'est en rien comme ce qu'elle a pu l'imaginer par le passé. Elle a mis de côté bon nombre de ses rêves pour s'aligner sur ce qu'elle est supposée être. Mais ce n'est pas un mal ; elle l'aime, Alastor. Elle l'aime tant qu'elle est mortifiée à l'idée d'être incapable d'enfanter, et que sa présence dans cet hôpital paraît irréelle.

Machinalement, elle fait tourner l'alliance autour de son doigt, ressent sa fraîcheur mordante sous son épiderme. Quelques années plus tôt, Ariane aurait été outrée de s'imaginer mortifiée dans la salle d'attente de Sainte-Mangouste, comme si sa fertilité jouait un rôle quelconque dans sa vie d'épouse – s'il t'aime, il restera. Ce qu'elle est aujourd'hui ne s'aligne plus avec ce qu'elle a pu être par le passé, et elle a cruellement conscience de ce que signifie la naissance d'un enfant, d'un héritier, dans une famille de sang-pur : la continuation d'une lignée. Son rôle dans son mariage est biologique – indomptable, au final, hors de portée. Ce mécanisme semble d'ailleurs lui filer entre les doigts malgré ses tentatives, nombreuses et toutes infructueuses. Elle ne veut pas être perçue comme étant cassée, broyée, mais l'idée est toutefois entêtante.

Et l'injustice qui en découle la met hors d'elle.

« Je ne veux pas savoir. J'ai changé d'avis. » dit-elle, sans esquisser le moindre mouvement. Ses membres sont ankylosés. Elle n'a pas envie de savoir – mais elle le doit. Et peut-être est-ce là où elle se perd, entre ce dont elle a besoin et ce qu'elle veut. Ariane tend le bras, enserre celui d'Hestia, se raccroche à la seule entité dont elle a vraiment besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(hestiane), medicine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIEF'S DOWNFALL. :: SECTION RP :: a window to the past-
Sauter vers: