Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le forum ferme ses portes. pour tout savoir, rendez-vous ici.

Partagez | 
 

 night thinking. w/thaddeus slughorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
› pseudo : olympienne.
› messages : 39
› autres comptes : aucun autre compte, pour le moment.
› célébrité : lily collins.
› crédits : luaneshë.
› âge : vingt-huit ans, les années passent ; la trentaine se rapproche, un cap qu'elle a presque peur de passer.
MessageSujet: night thinking. w/thaddeus slughorn   Ven 29 Déc - 9:12


“ she was one the rare ones,
so effortlessly herself,
and the world loved her for it. ”

@thaddeus slughorn / brennatwohy

Tu devrais sortir et t'amuser un peu. L'idée doucement lancée au détour d'une conversation avec Ariane ne quittait plus les pensées de la belle brune. Son ex belle-soeur avait toujours été là pour elle et c'est aussi grâce à elle qu'Asteria avait commencé à s'affirmer un peu plus. Difficile à faire avec deux frères sur le dos. Alastor et Odilon, bien qu'elle les aimait beaucoup, n'étaient pas les plus compréhensifs ; le plus vieux voulait absolument voir sa petite soeur mariée rapidement. Il était plus que temps, à vingt-huit ans, que de trouver un époux, et d'enfanter avant qu'il ne soit trop tard. Elle avait un rôle à assumer. La pression familiale était de plus en plus difficile à supporter et c'est chez Ariane que la demoiselle avait fini par craquer. Cinq ans qu'elle était rentrée des Etats-Unis, cinq ans qu'on lui cherchait un fiancé, elle le savait bien mais elle essayait de ne pas se concentrer là-dessus. Elle avait un métier, un appartement, des amis et une famille. Elle n'avait pas besoin tout de suite de se marier, encore moins à un homme qu'elle n'aimerait pas. Un sujet de dispute avec Odilon. Et c'est en séchant les larmes de la gamine qu'Ariane lui avait conseillé d'aller s'amuser. S'amuser. Un mot inconnu dans l'éducation de la jeune femme, ça n'avait pas sa place chez les Rosier. Mais pour une fois, la brune n'avait plus aucune envie d'être une Rosier. Ce soir, elle ne serait qu'Asteria.

Elle s'observe dans le miroir sur pied de son appartement. Elle est jolie, certes, et ça change des vêtements qu'elle a l'habitude de porter aux repas de famille. Une robe noire, rien de mieux que la simplicité, moulante et plutôt courte, sans décolleté, et à s'observer dans le miroir, elle commence à se demander si c'est une bonne idée. Cette robe, depuis tant d'années dans sa garde-robe, elle ne l'avait portée qu'une ou deux fois : Aux états-unis, les modes et les gens étaient tellement différents. Elle est presque sûre que si ses frères la voyaient ainsi, ils l'empêcheraient même de passer les portes de son appartement. Parfois, elle se dit qu'être fille unique aurait peut-être été plus facile. Elle remercie tous les dieux d'avoir fait que sa robe possède des manches en dentelle afin de cacher sa cicatrice, elle n'aime ni en parler ni la montrer, le souvenir est encore bien trop douloureux. Elle se devait d'être parfaite. Elle chasse d'un coup de main toutes ses questions, vérifie une dernière fois sa tenue, son maquillage et sa coiffure, enfile son trench, attrape son sac à main et claque la porte de son appartement. Aujourd'hui, elle ne se dégonflera pas.

Sur le chemin, elle aurait bien fait demi-tour une demi douzaine de fois, c'est seulement la pensée d'Ariane qui la maintient sur le chemin du bar. Elle n'y a même jamais mis les pieds, c'est encore une fois, son amie qui lui a indiqué l'adresse. La devanture n'est pas mal, même si elle se sent observée par deux-trois ivrognes déjà affalés devant la porte, la soirée n'est même pas encore entamée. Ils essayent de parler mais elle balaye toute envie de drague d'un seul coup d'oeil, et rentre. Elle ne peut pas mentir ; son coeur bat bien plus vite que la normale, elle n'a pas l'habitude mais n'est pas mal à l'aise. Dans les regards des quelques sorciers présents, il pourrait y avoir son frère, ça ne l'étonnerait même pas. Alastor n'est pas heureux dans son mariage, ça l'étonnerait qu'il reste tous les soirs en compagnie de son épouse, et Odilon était plutôt un homme secret, difficile de savoir ce qu'il faisait. Sauf quand il transplanait sans prévenir dans son appartement, juste pour venir lui rendre visite, d'après lui. Mais un sourire prend place sur ses lèvres, sa soirée va peut-être vraiment être amusante finalement. En tout cas, plus intéressante qu'elle ne se l'était imaginée. Elle pose son trench sur une chaise, sa main sur la table. « Vous attendiez quelqu'un ? » La question est plus rhétorique qu'autre chose, puisqu'elle est déjà installée en face du jeune homme. Peut-être bien la dernière personne qu'elle avait pensé croiser dans ce genre d'établissements, mais elle ne le connaissait que peu. Après tout, Thaddeus Slughorn était quelqu'un d'assez discret, le beau-frère d'Alastor qu'elle aimait bien croiser aux repas de famille. « Toute façon, même si vous attendiez quelqu'un, ma présence est bien plus intéressante. » Elle fait comme si mais jamais elle n'aurait parlé ainsi avec quelqu'un d'autre. Leur relation était plus spéciale, plutôt du genre à se lancer des piques mais aujourd'hui, elle avait envie de se lancer des fleurs. Elle savait pourtant, la petite Asteria, que ça ne durerait pas. « Je ne savais pas que ce genre d'établissements acceptait les gens comme vous. » Elle le vouvoie plus pour se moquer, pour aller avec son intonation légèrement théâtrale. Elle pensera à remercier Ariane, cette soirée s'annonce bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : antithèse.
› messages : 22
› autres comptes : nop.
› célébrité : Pierre Niney
› crédits : DΛNDELION.
› âge : vingt-huit ans, fleurissant, les racines déjà plongées loin dans le sol.
MessageSujet: Re: night thinking. w/thaddeus slughorn   Ven 29 Déc - 18:22



Can someone tell me if it's wrong to be so mad about you.
asteria & thaddeus

Oubliette. Combien de fois le filet bleu du sort d’oublie est tracé par ta baguette dans une journée ? Tu ne comptes plus. Des erreurs, il y en a pleins. Mais il n’y a pas que ça bien sûr, sorts d’illusions aussi sont nécessaire au bon fonctionnement de votre monde magique. Souvent, tu mimes ta sociabilité avec tes collègues, sans prendre le temps de les connaître plus que ça. Il y a peut-être quelques exceptions dans la foule du ministère, mais sinon tu préfères ne pas t’aventurer à discuter avec eux. Pourtant l’ennuie s’installe dans ta vie, la monotonie toc à ta porte et tu as bien peur de lui ouvrir. Un collègue l’envoie valser aujourd’hui, oubliant un instant que tu es son supérieur. Pourtant tu as toujours cet air arrogant qui accroche à ton physique. Avec ta chemise noir et ton pantalon noir. Mais non, lui il s’en fiche, il te connaît un peu depuis le temps qu’il est dans ton équipe d’opération. Il pose sa main amicale sur ton épaule et te propose de sortir au bar ce soir, pour passer du bon temps. T’avais les yeux ronds comme des billes, mais un sourire se cachait au coin de tes lèvres. C’est pourquoi après avoir oublietté toute une famille moldu qui avait il y a une heure dans leur jardin un hippogriffe échappé de vous-ne-savez-trop-où, vous avez transplané à une rue d’un bar qu’il connaissait. Deux autres collègues vous avaient suivi. Un verre de fin d’après-midi, une bière au beurre générale qui vous a fait entamer la conversation comme le sourire.

Et alors qu’ils s’en vont au compte goûte en début de soirée, tu ne te rends pas compte que tu es vite laissé seul à une table. Il y a un verre de whisky auquel il ne manquait qu’une gorgée sur la table. Tu ne sais même pas pourquoi tu en as commandé un, tu as horreur du whisky. Mais c’est ton père qui en buvait, une part de toi devait penser que ça faisait homme d’en boire. Tu t’es dis qu’il fallait au moins le finir, et qu’après tu partirais. Mais la soirée commençait, un certains nombre de personne entraient dans le bar et toi, tu tentais de finir ce whisky au goutte à goutte. Les yeux sur le verre, un doigt jouant sur le bord tu ne l’avais pas vu arriver. C’est sa main posée sur la table qui fait se lever ton regard. La surprise dans ton regard, tu aurais pu déglutir ou sifflet à la façon d’un tex avery que ça n’aurait pas parut ridicule. Tu n’avais pas l’habitude de voir Asteria Rosier vêtu de cette façon. « Vous attendiez quelqu'un ? » elle n’attend pas ta réponse pour s’asseoir, ça ne te dérange pas plus que ça. Tu te reposes contre le dossier de ta chaise. Tu lui aurais bien répondu que l’ennuie t’attendait, mais il est vrai qu’elle est de bien meilleure compagnie. Alors tu ne fais que lever un sourcil à sa réplique, façon de signaler que tu n’es pas vraiment sûr de ce qu’elle avance. Mensonge ironique. « ah vraiment ? » tu ne peux t’empêcher finalement de dire quelque chose. Signaler que tu as aussi don de parole. « Je ne savais pas que ce genre d'établissements acceptait les gens comme vous. » tu te redresses, ce vouvoiement intempestif c’est imposé plus par humour que par réel respect. Chaque ‘vous’ de sa part tranche tes tympans, il est cette dernière distance avant l’amitié. Faisant mine, tu prends ton verre de whisky et prends une petite gorgée. Avaler est difficile mais tu ne laisses rien paraître de ton dégoût pour la boisson ou même de l’alcool qui a monté à ta tête déjà. « Première nouvelle, j’étais surpris aussi. Mais ne devrais-je pas vous retourner la question ? tu avais de la malice dans le regard, il aurait été presque défiant si tu ne l’appréciais pas. Et puis, c’est indiscret si je demande ce que vous faites dans un endroit pareil ? Vos frères savent ? » tu avais cru comprendre qu’ils aiment protéger leur petite sœur. Leur famille est de tradition assez noble, c’est pourquoi ils ont fait ce mariage arrangé avec ta sœur d’ailleurs. C’était une fausse menace que tu lui adressais, elle le saurait. Tu n’iras pas tel un enfant quémander l’amour de la belle famille en déclarant avoir vu Asteria dans un bar avec une robe la mettant en valeur. Non, c’était plus là une pique lancé à l’aveuglette sur le fait qu’elle n’était pas libre de ses mouvements. Tu aimais croire que toi si, mais il y avait une partie de ton compte en banque qui venait de la famille Slughorn. Si tu t’essayes à couper le tronc qui te lie à ton père, tu as bien du mal. Il a encore de l’emprise sur toi, la peur comme arme de destruction, tes frère et sœurs comme otages. Ça pique au cœur ces choses là. « Vous voulez quelque chose à boire ? » tu te fais un peu plus doux dans l’intention, parce qu’il le faut bien des fois. « Un jus de citrouille peut-être ? » boisson pour les adolescents, tu dois dire que c’était ton Graal pendant tes années à Poudlard, mais vous n’avez plus quinze ans.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : olympienne.
› messages : 39
› autres comptes : aucun autre compte, pour le moment.
› célébrité : lily collins.
› crédits : luaneshë.
› âge : vingt-huit ans, les années passent ; la trentaine se rapproche, un cap qu'elle a presque peur de passer.
MessageSujet: Re: night thinking. w/thaddeus slughorn   Sam 30 Déc - 18:22


“ she was one the rare ones,
so effortlessly herself,
and the world loved her for it. ”

@thaddeus slughorn / brennatwohy

Thaddeus Slughorn, elle le connaissait depuis assez longtemps. Ils avaient le même âge, pas la même maison mais une passion commune pour les livres. Pas de quoi les rapprocher, un regard en se croisant au détour des longs couloirs de l’école. Il était antipathique et c’était toujours le cas la première fois qu’elle l’avait croisé chez son frère. Asteria n’avait pas fait le rapprochement lors du mariage entre Alastor et Prudence, une Slughorn et la sœur de cet homme. Il avait peut-être été un vieux souvenir d’école mais, ne le connaissant pas, elle n’aurait pas eu l’occasion de s’attacher. Asteria n’était pas, de base, du genre à s’attacher à d’autres personnes que sa famille, et quelques privilégiés. La mort de son ex-petit-ami lui avait rapidement prouvé que s’attacher n’avait pas beaucoup d’interets, de plus qu’elle ne lui avait amené que des soucis. Une erreur qu’elle se dépêche de chasser de son esprit. Ce soir, Thaddeus est en face d’elle. Et à la surprise qu’elle a vu dans son regard, Asteria se rend bien compte qu’il ne s’attendait pas à la voir arriver, et pas dans ce genre de vêtements. Lui, il était habitué à la petite héritière de la famille Rosier, apprêtée mais pas sexy, au comportement tempéré. Il ne faudrait pas ternir l’image de la parfaite petite famille.

Elle voit une lueur de malice dans les yeux du jeune homme, une lueur qu’elle a appris à reconnaître au fil des repas de famille, au fil d’un rapprochement tenu et discret entre les deux. Et même si elle sait que son frère ne le porte pas dans son cœur, elle a rapidement décidé de se faire sa propre idée. Et jusqu’à maintenant, ça tendait sur le positif. « Et puis, c’est indiscret si je demande ce que vous faites dans un endroit pareil ? Vos frères savent ? » La question aurait pu lui faire piquer un fard, si ce n’etait pas lui en face d’elle. Asteria aurait pu être sur la défensive, aurait pu interpréter la malice et son ton comme une menace. Le dire à ses frères ? Elle n’ose même pas imaginer la colère d’Odilon s’il la voyait dans cet endroit, dans cette tenue, avec ce type. Vingt-huit ans et toujours pas la liberté de faire ce qu’elle voulait, de fréquenter qui elle voulait. Elle se souvenait de Noah, de son erreur, du prix à payer. Et depuis, sa famille la surveillait autant que possible. Et si Thaddeus était au courant de la dernière partie, parce qu’il faut prendre soin de la petite héritière des Rosier, il ne savait rien de l’erreur qu’elle avait commise, de l’an vraie raison de cette épée au dessus de sa tête. « Ils ne sauront rien. » Ce n’est pas une question, il y a aussi de la malice dans son regard à elle. « Je n’ai pas besoin de gardes du corps pour passer une bonne soirée. Surtout si je veux en passer d’autres. » Elle peut se permettre de lui dire la vérité, parce qu’il sait. Elle ne lui dirait pas qu’elle est là parce qu’elle ne supporte plus la pression familiale ; les fiançailles, le mariage, les enfants, son devoir. « Je suis ici pour... » Elle réfléchit pendant plusieurs secondes, le regard dans celui d’un jeune homme. « Pour n’être qu’Asteria, peut-être. » Mais elle ne sait pas s’il pourrait comprendre, elle ne sait pas s’il sait qu’elle lui pose la même question.

Il lui propose un jus de citrouille et elle ne peut s’empêcher de ricaner, il la prendrait encore pour une enfant, pour une adolescente pas encore sortie de Poudlard ? Oui, elle aimait le jus de citrouille, de temps en temps, mais jamais elle ne boirait cela alors qu’il est en face d’elle. Asteria porte son regard sur le verre de whisky, pas encore vidé, de l’homme qui lui fait face. Elle tend la main et prend son verre, fait mine de la porter à ses lèvres mais n’en fait rien. Du whisky pur-feu, elle aime l’odeur de cette boisson dont les hommes de sa famille sont fans. Une boisson d’hommes d’après son propre père. Elle repose le verre devant Thaddeus et c’est un sourire en coin sur ses lèvres. « Je prendrai un whisky pur-feu. » Elle l’observe et se dit, secrètement, qu’il est pas mal avec sa chemise noire. Elle n’est pas totalement boutonnée, pas comme quand il vient aux repas de famille, ça change. Mais ça, elle ne l’avouerait ni à lui, ni à elle-même. « Vous en reprenez un ? Ou est-ce trop fort à votre goût ? » Elle le taquine, espérant tout de même qu’il ne quittera pas la table de si tôt. Elle ne lui parle pas méchamment, elle l’apprécie et c’est un grand soulagement que de le trouver à cette table. « Je viens déranger votre chasse, je suppose, mais je ne bougerai pas. » Et par chasse, elle montre d’un bref signe de la main les demoiselles présentes ici. Mais finalement, ça lui plaît bien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : antithèse.
› messages : 22
› autres comptes : nop.
› célébrité : Pierre Niney
› crédits : DΛNDELION.
› âge : vingt-huit ans, fleurissant, les racines déjà plongées loin dans le sol.
MessageSujet: Re: night thinking. w/thaddeus slughorn   Ven 5 Jan - 11:35



Can someone tell me if it's wrong to be so mad about you.
asteria & thaddeus

Tu adresses un sourire malin à la belle. Elle a confiance en elle et croit en son charisme. Elle a bien raison, car pas un mot ne sortira de ta bouche, et si malgré tout les frères Rosier l’apprennent et lui en tiennent rigueur, tu seras là pour la défendre. Soutient instinctif car malgré toutes vos piques, tu l’apprécies et la considère quasiment comme une amie. Tant qu’elle sort avec un pur, cela paraîtra plus lisse sur le papier. Mais si elle n’est là pour être qu’elle même alors soit, tu ne savais pas cependant qu’elle n’était pas elle même autrement. Tu ne sais même pas si elle ne joue pas un jeu avec tout le monde. Elle avait toujours cette air de poupée pendant les repas long de la famille. Mais vous êtes différents, car toi tu t’es libéré à moitié des chaînes de ton père, pas elle. « Juste Asteria ? » tu devrais peut-être la tutoyer alors, parce que ça fait grincer tes dents cette fausse politesse. Tu penses bientôt commencer à lui dire l’obscène « tu » ce soir.

Tu préfères lui proposer un jus de citrouille, masqué d’humour, tu te demandes si elle tient l’alcool. Cette pensée ne t’effleure qu’un instant, car la voilà qui demande un whisky pur-feu. Toi qui a presque fini le verre devant toi, tu peux dire que tu détestes cette boisson. Tu lèves un sourcil, surpris. « Trop sucré. » tu réponds, de façon à ne pas paraître tout à fait faible. Parce que ton père t’avais bien montré que les faibles n’aimaient pas les choses trop fortes et que tu devais montrer que tu n’étais pas un faible. Alors oui, tu montres un sourire un peu plus dur à la demoiselle, parce qu’il y a des choses qu’on ne touche pas et ton honneur en fait parti. « je préfère la bière au beurre. » tu mets la main dans ta poche pour voir combien de galions tu as sur toi. Trop pour un fonctionnaire tu dirais, mais assez donc pour payer un verre à Asteria. Quand elle parle de chasse tu lèves la tête vers ce qu’elle te montre et tu rigoles, « j’ai vraiment l’air d’être ce genre de chasseur ? Question rhétorique, si oui, tu ne voulais pas le savoir. Je n’en troquerais pas une pour votre présence, Asteria. » réplique poussé la réplique de drague a la plus efficace que tu pouvais trouver, c’était pour la déstabiliser. Tu ne l’avais pas habitué aux compliments, et si tu le penses c’était fait pour semer le doute. Pour toi, on ne laisse pas une si jolie jeune femme en plan. Tu te lèves sans autres commentaires et va au bar commander les deux boissons. Tu poses la monnaie sur le bar, merci et c’est plié. Tu reviens, les deux verres en main. Tu poses le whisky pur-feu devant la princesse Rosier, « j’espère que vous n’allez pas le trouver trop fort ». Tu choisis d’ignorer ce que tu lui as dit plus tôt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: night thinking. w/thaddeus slughorn   

Revenir en haut Aller en bas
 
night thinking. w/thaddeus slughorn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIEF'S DOWNFALL. :: SECTION RP :: united kingdom :: streets of london-
Sauter vers: