Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le forum ferme ses portes. pour tout savoir, rendez-vous ici.

Partagez | 
 

 drink the pain away (asaël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
› pseudo : spf, a.
› messages : 59
› autres comptes : none.
› célébrité : matt daddario.
› crédits : faust, ava. realizeship, gif.
› âge : survived a quarter.
MessageSujet: drink the pain away (asaël)   Mer 3 Jan - 22:13

Il est en retard. Comme s’il n’était pas assez nerveux de devoir retrouvé son psychomage dans un lieu public, en plus de tout, il doit se présenter en retard. Jetant un nouveau regard sur sa montre, il est soulagé de voir qu’il y est presque. As ne sera pas en retard de plus de vingt minutes, tout au plus. OK, un petit peu plus que ça, en vérité. Le brun a déjà l’intention de spécifier qu’il comprend de devoir enlever ce temps de retour sur le temps de la séance, ça laisse moins de temps pour profiter de Nathanaël, mais il faudra faire avec. Ce qui est positif, d’être en retard, c’est que le Cheshire n’a pas eu le temps de penser à l’endroit où il doit rejoindre son psy aujourd’hui. Un salon de thé, bien que situé dans un coin tranquille et étant peu bondée en ce doux avant-midi, reste qu’il préfère leur tête à tête… en tête à tête. Pas que le jeune homme regrette d’avoir accepté, sauf que la nervosité est là, bien présente, et sa maison est loin, trop loin. Sauf qu’il ira bien, parce que c’est pas la première fois qu’il doit sortir, qu’il commence à s’y prêter lentement, parce qu’il sera en bonne compagnie, aussi.

Poussant la porte, il reste près de l’entrée jusqu’à ce qu’il aperçoive Nat (surnom qu’il se permet dans le creux de son esprit, ou quand il est seul) un peu plus loin. Nat qui, deux jours plus tôt, a dû remettre la rencontre à cause d’une urgence. « Bonjour. Je suis vraiment désolé pour le retard, j’ai… pas de bonne excuse, en fait, outre une mauvaise organisation. J’sais que vous êtes occupé, juste à voir votre empêchement d’il y a deux jours, ce que je comprends tout à fait, bref, j’peux payer pour le temps complet avec le temps en moins. Qui n’est pas vraiment du temps perdu comme vous étiez ici, à attendre. » qu’il explique, puis explique encore avec un sourire d’excuse, tirant la chaise en face du Dr. Deveraux pour s’installer à son tour. Il prend un instant pour reprendre son souffle, jetant un coup d’œil distrait sur le menu près de lui. « Vous avez déjà commandé? Pas que j’ai vraiment faim, mais un thé pourrait m’aider à m’détendre. » qu’il souffle avant de se passer une main dans les cheveux, relevant les yeux pour se concentrer sur Nathanaël. Garder son attention sur lui pourrait aussi l’aider à rester calme. C’est pas long avant que la serveuse arrive et qu’il lui indique rapidement le thé qui l’intéresse, tapotant l’coin de la table entre ses doigts même une fois qu’elle est repartie.
« J’dois avouer être curieux de savoir comment vous voulez procéder pour cette rencontre. » qu’il demande en se penchant vers l’avant, croisant les bras sur la table pour cesser son tapage. Puis c’est vrai qu’il est curieux, se remémorant leur dernier rendez-vous où la fin l’a laissé troublé, alors qu’il n’a fait que partager vaguement ce qui lui est arrivé sept ans plus tôt. Il doute que ce sympathique salon de thé soit l’endroit idéal pour reprendre là où la discussion fut laissé la dernière fois, bien qu’il soit toujours prêt à tenter les directives du docteur. Ce qui est surprenant, surtout pour lui qui ne voulait rien savoir de recevoir l’aide d’un professionnel. Impossible de rester de marbre devant Nathanaël Deveraux cependant, duquel il n’est séparé que par une petite table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : scamanders.
› messages : 30
› autres comptes : non.
› célébrité : chris wood.
› crédits : exordium.
› âge : soon around thirty.
MessageSujet: Re: drink the pain away (asaël)   Jeu 4 Jan - 4:50

Il embrassa avec délicatesse sa main, avant de coller son visage au sien, dévorant ses lèvres avec envie. Il le regardait avec cette passion ardente qui brûlait jusqu'au creux de ses reins. Ses doigts caressaient tendrement l'échine de son dos, descendant toujours plus bas, faisant exercer une sorte de pression pour qu'il reste collé à lui. Ils ne faisaient qu'un, maintenant. L'autre homme était assis sur lui, et Nathanaël ne pouvait s'empêcher de le contempler avec un sourire certain, envieux, spectateur d'une beauté désirable. L'excitation s'accroissait à une folle vitesse. « Awh, Aspen, tu me fais tellement. » Awh. -
- Et ce fut le réveil brutal et glacial. Le Deveraux ouvrit les yeux soudainement, stupéfait par le rêve qu'il avait fait. Avec effroi, il remarqua l'état de son corps et ce qu'il avait produit, tel un adolescent victime de sa puberté. Encore troublé, il sortit rapidement du lit, consulta sa liste de rendez-vous du jour avant de voir qu'Aspen serait l'un des premiers qu'il verrait aujourd'hui. Hors de question, avait-il pensé. Lui écrivant une petite note dans un parchemin, il lui proposa un remplacement de rendez-vous, deux jours plus tard, à la même heure. Il confia le parchemin enroulé à la patte de son hibou, lui demandant alors de transmettre la missive. Il ne pourrait décemment pas faire son travail s'il savait qu'il verrait Aspen aujourd'hui.

Arrivant au salon de thé, le psychomage s'installa à une table, fixant sa montre avec frénésie. C'était bien la première fois qu'Aspen était en retard. Il espérait que ce dernier ne se défile pas au dernier moment mais il pouvait s'en douter. Il n'avait plus qu'à attendre. Dix minutes. Puis, l'autre sorcier débarqua en trombe. Il avait l'air paniqué, son retard lui ayant ajouté un stress considérable. Pour Nathanaël, c'était troublant de le voir. A chaque fois qu'il le voyait, il avait cette douce impression qu'il devenait de plus en plus charmant. Chassant spontanément ses mauvaises pensées, le Deveraux reprit la parole « N'ayez pas d'inquiétude. Tout va bien. Le temps que vous soyez là, c'est l'important. Vous pouvez commander. » Les dix minutes lui avaient parues affreusement longues alors il n'avait pas résisté à la tentation de se commander un thé qu'il avait fini par commencer à boire en son absence. Avec un grand sourire, il lui demande comme à chaque début de séance. « Vous allez bien ? » C'était une sorte de rituel après tout. Un rituel chamboulé dû certes au retard du patient, mais aussi au changement de décor qui était source d'une myriade de questions de la part du Cheshire. « J'avais pour idée que ce soit moins formel que dans mon bureau. Même si le schéma reste le même bien sûr, mais avec cette ambiance, peut-être pourriez vous me parler comme si vous parliez à un ami, un confident ou un amoureux. A votre guise, le temps que ce soit plus décontracté. » Il aurait peut-être dû s'abstenir pour l'amoureux, s'il voyait Aspen le draguer, cela serait certainement perturbant. Sans tarder, il commença la séance avec sa toute première question : « La dernière fois, vous m'aviez dit que vous preniez des potions hallucinogènes. A quoi cela vous sert ? Dans quel but vous les prenez ? Est-ce que cela a un effet addictif sur vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : spf, a.
› messages : 59
› autres comptes : none.
› célébrité : matt daddario.
› crédits : faust, ava. realizeship, gif.
› âge : survived a quarter.
MessageSujet: Re: drink the pain away (asaël)   Jeu 4 Jan - 12:29

C'est un soulagement de voir le pschomage balayer son retard de la main, sans y porter plus d'importance. Aspen lui fait un donc un nouveau sourire, soulagé cette fois. Vu son retard il est le seul à commander, avant qu'il se penche dans la direction de Nathanaël et que ce dernier, comme à son habitude, lui demande comment il va. « J'me sens plutôt stressé, mais ça va partir avec le thé. Sinon, » il hausse les épaules lentement, comme pour se laisser le temps d'y penser. Ce qui n'est pas tout à fait faux. « En vérité je ne sais pas trop. Normal, j'imagine, ni débordant de joie, ni trop déprimé. Dans une assez bonne humeur pour vous rejoindre ici. Et vous? » qu'il s'empêche pas de demander à chaque fois. Pas qu'il s'attende à une réponse développée, mais il est toujours curieux de le savoir et, franchement, ça ne lui dérangerait pas le moins du monde que le brun décide d'lui partager ses états d'âmes, bons ou mauvais.
Sauf que c'est pour Aspen qu'ils sont là, et pas le contraire. C'est As qui a besoin de remettre sa vie sur le droit chemin, trouver une parcelle de lumière dans ce fade avenir. Y'a un soulagement qui se diffuse dans tout son corps quand Nat lui indique que le but de cette rencontre c'est que ça fasse moins formel, qu'il pourrait ainsi lui parler avec plus... d'intimité, si on peut dire ça ainsi. Il reste figé sur le terme amoureux que suggère Nathanaël, sachant pertinemment qu'il ne lui ferait pas des propositions du genre bien souvent. Un tas de possibilités se dessinent dans sa tête, l'envie de tirer sa chaise plus près ou bien de lui attraper la main pour la serrer dans la sienne et ainsi se donner du courage pour l'reste de la visite. Sauf qu'il se contente d'hausser les sourcils, sentant un sourire joueur, peut-être un brin timide aussi, tirer sur un coin de sa bouche. « J'veux bien jouer le jouer. Mais est-ce que vous me donnez le droit de vous tutoyer? Il est rare que je vouvoie un ami, encore moins un petit ami. »

Le Cheshire n'est pas rentré dans les détails concernant ce qu'il fait dernièrement, comme boulot. Ni sur sa consommation de potions, ou marijuana, une auto-médication qui, à long terme, ne lui est pas bénéfique. Se redressant légèrement dans sa chaise, il attend que la serveuse lui ramène son thé et s'éloigne avant de prendre la parole, les mains proche de la tasse brûlante pour les garder au chaud. « Oui, c'est le cas. Ça et de la marijuana, une drogue moldue, les deux depuis sept ans, tous les jours. C'est rendu une addiction, je peux pas le nier, mai au départ ça m'aidait à... rester aussi sain d'esprit que possible. Ça m'tient stable, me vide l'esprit pour ne pas repenser à tout ça. Dépendant des potions les effets changent, j'peux assurer cependant que je ne pourrais pas arrêter du jour au lendemain. » qu'il explique en secouant la tête, le regard qui tombe dans sa tasse. « La vérité c'est que j'en conçois, depuis quelques années également. J'ai une bonne clientèle à présent, et ça me permet de travailler, ramener des gallions à la maison sans à avoir à en sortir. Ça peut paraître stupide, mais avec Ridley et Néo, c'est ce qui m'a maintenu en vie. » Bien que vivre n'est pas tout à fait approprié. Survivre, plutôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : scamanders.
› messages : 30
› autres comptes : non.
› célébrité : chris wood.
› crédits : exordium.
› âge : soon around thirty.
MessageSujet: Re: drink the pain away (asaël)   Ven 5 Jan - 8:58

Le psychomage hocha d'un bref mouvement de tête pour approuver les propos de son patient, et sa question. Il n'aimait pas s'attarder sur son bien-être vu qu'il n'était pas là pour parler de lui mais pour se concentrer exclusivement sur Aspen. Il commenta simplement ses dires « C'est bien aussi d'être "normal", comme vous le dites. » On pouvait pas se sentir tout le temps heureux, si son se sentait serein, apaisé, sans troubles, là, c'était essentiel, et c'était ce que le psychomage espérait à chaque fois qu'il rencontrait Aspe, qu'il se sente seulement et justement bien. Lui présentant formellement sa séance particulière comme il l'avait imaginée, il vit avec joie l'entrain d'Aspen, se prêtant volontiers au jeu. « Oui, vous pouvez me tutoyer. Je vais d'ailleurs le faire aussi car sinon, ce serait être assez étrange. » Il eut un petit étouffement de rire, portant sa tasse de thé à sa bouche pour boire une nouvelle gorgée. Changer de décor apaisait aussi le psychomage qui aimait ce genre d'ambiance, détendue et sans prise de tête, chaleureuse et confortable. Le questionnant alors sur sa consommation de potions hallucinogènes, le Deveraux ne manqua pas d’écarquiller les yeux face aux révélations du Cheshire. La consommation lui semblait importante, presque dangereuse. Bien qu'il était ouvert à tout et qu'il pouvait accepter une multitude de choses, il s'inquiétait soudainement de la santé d'Aspen. « Hm. Si cela vous a aidé au début, c'est bien. Mais on y est, sept ans après. Je pense qu'il serait envisageable que vous dimi- que tu diminues ta consommation. Peut-être en prendre moins et réduire petit à petit, un échelon par semaine. Je suis encore abasourdi que tu sois encore en si bonne santé après ça, mais peut-être que ça a une répercussion sur tes humeurs. » Sauver la vie de ses patients, les aider à se rendre compte du danger, c'était l'une des missions sur lequel Nathanäel avait juré servir en tant que psychomage. « Parce que plus tu continues, plus, un jour, le sevrage sera dur, voire impo-. »

Il se fit interrompre par une voix venue de derrière. « Nate ! Et sûrement son copain ! » Il reconnaissait cette voix si familière entre mille. Celle de Zacharias. Et merde. Ce n'était pas le moment et bouche bée, le psychomage se retourna pour faire face à son ex petit-copain. « Salut, Zach. Je suis désolé mais - » « Roh, ça va, c'est pas grave, il n'a rien à craindre de moi. T'as pas changé, ce sont toujours les bruns avec un peu de barbe qui te font craquer le plus. » Il désigna Aspen d'un coup d'oeil tandis que le psychoage se mordit la lèvre, parlant brusquement pour le stopper net. « C'est mon patient, je suis en consultation et je peux pas parler d'avantage. » Le ton était brusque, presque sec mais Nathanaël tenait à rester professionnel, en toute circonstances, pendant son temps de travail. Ne disant plus rien, Zacharias baissa la tête, soufflant comme quoi il devrait y aller. Se retournant pour faire face à Aspen, il s'excusa. « Je m'excuse pour l'intervention de mon ex petit-ami. Comme quoi, on ne peut pas toujours prévoir d'être tranquille à l'extérieur. Entre ça et le fait que j'ai demandé à déplacer le rendez-vous, vous allez avoir un bouquet d'excuses de ma part. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : spf, a.
› messages : 59
› autres comptes : none.
› célébrité : matt daddario.
› crédits : faust, ava. realizeship, gif.
› âge : survived a quarter.
MessageSujet: Re: drink the pain away (asaël)   Lun 8 Jan - 15:53

Quand il confirme qu'Aspen peut le tutoyer, son visage s'fend d'un sourire satisfait avant qu'il prenne une nouvelle gorgée de thé. Ça ferait différent, ajouterait une touche d'intimité dans leur échange, parviendrait peut-être à le mettre un peu plus à l'aise. Après tout, il n'a jamais été un fervent amateur du vouvoiement, même à Poudlard. Nat lâche un court rire après sa remarque, et As ne peut que remarquer que c'est agréable d'entendre ce son venant d'lui, avant de se concentrer sur sa propre tasse de thé fumante.
Revient ensuite les sujets sérieux, notamment en ce qui concerne les potions hallucinogènes qu'il a mentionné lors de leur dernière séance. Ne voyant pas l'intérêt de se garder des détails, Aspen lui résume ce qu'il en est de ce côté, comme il prend des potions et de la mari depuis près de sept ans, et s'est découvert vendeur de drogues. Les yeux du Dr. Deveraux s'agrandissent d'étonnement alors le plus jeune passe une main nerveuse dans ses cheveux. Vaut mieux être honnête avec son psy, certes, en même temps, il espère qu'il ne le jugera pas. Comme si ce fait pourrait le décourager d'vouloir aller plus loin avec lui, alors qu'ils ne se fréquentent pas et que ça ne risque pas d'arriver un jour, qu'importe le nombre de fois où il peut en rêver. « La santé, c'est relatif. Je suis constamment fatigué, je m'entraîne avec Néo parfois mais je ne dure jamais bien longtemps. Et définitivement, je tombe malade plus souvent qu'la moyenne- mon système est plutôt à plat, mais la drogue aide à oublier tous ces petits côtés négatifs. » qu'tu expliques en haussant les épaules, tes yeux captivés par la couleur de ton thé. « J'ai déjà pensé à arrêter, mais clairement j'y arrive pas. Diminuer c'est plus facile, y'a des périodes où j'y arrive sans trop de mal. J'serais prêt à l'faire, si je me fixe des objectifs avec toi. »

Alors qu'il reprend la parole, Nat, il est interrompu par un type, pas trop laid, si As doit être franc, qui l'interpelle, en prenant pour acquis qu'ils devaient être un couple, tous les deux. Le Cheshire fige sur son banc, ne pipe pas un mot pendant que le court échange à lieu entre les deux hommes. Ce qui est intéressant, de cette interruption, c'est qu'ainsi, il a appris que Nathanaël joue dans la même équipe que lui, en plus d'être son genre, si on s'fie aux paroles du dénommé Zacharias. Ce dernier, après avoir été brusquement remis à sa place par le psychomage, murmure une excuse puis continue son chemin, laissant Nat se retourner vers lui avec un sourire d'excuse aux lèvres. « Un bouquet est généralement une bonne façon pour un petit ami de se racheter. » qu'il réplique avec humour, principalement pour détendre l'atmosphère. « Sérieusement, il n'y a pas de problèmes. C'est les risques avec les rendez-vous publics et ça ne m'embête pas. J'crois pas que j'aurais pu avoir autant de détails sur ta vie privée autrement- pas que je cherchais à en avoir, c'est juste que je suis généralement au centre de la discussion. » Il s'emmêle un instant les pinceaux, balbutiant quelques mots avant de finir par se taire et boire une gorgée de thé tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : scamanders.
› messages : 30
› autres comptes : non.
› célébrité : chris wood.
› crédits : exordium.
› âge : soon around thirty.
MessageSujet: Re: drink the pain away (asaël)   Mer 10 Jan - 8:01

Il était horriblement gêné par cet incident, que son ex débarque comme ça, à l'improviste et qu'il se comporte ainsi. Pourtant, c'est ce qui avait fait son charme à une époque, maintenant révolue. Son ex s'était toujours comporté de la sorte, à dire certaines chose qui gênaient le reste du monde par leur hypothétique véracité. Voulant baisser la tête, comme touché par la honte, le psychomage se retrouvait subitement perturbé, comme si toute concentration s'était envolée. Il n'écoutait qu'à moitié ce qui pouvait ressembler à la réaction d'Aspen, visiblement amusé par la situation, se permettant même de faire une sorte de vanne. Relevant la tête, le Deveraux essaya de reprendre sa concentration, il inspira, puis expira. « Bon, c'est pas grave, ce genre d'incident arrive quand on est à l'extérieur, comme tu l'as souligné. » Prenant sa tasse de thé entre les mains, il en ut une nouvelle gorgée, se rendant compte avec effroi qu'il venait tout simplement de la finir. Il tenta de se remémorer ce qu'Aspen avait déclaré à propos des potions hallucinogènes et sa consommation avant de tousser et de répliquer un « Concernant votre consommation, peut-être faudrait-il noter à chaque fois que vous consommez, et quand vous faites le bilan, chaque semaine, vous essayez de réduire, petit à petit. Mais toujours garder cette perspective de réduire. » Lorsqu'on devenez addictif à ce genre de choses, il était toujours compliqué voire impossible de se sortir de ce traquenard, sans une volonté légendaire. « Cependant, je préfère vous prévenir, c'est compliqué de s'en sortir, de ça. Le sevrage peut être parfois invivable. » Il n'avait du mal à parler, il était encore perturbé par l'apparition de l'autre là, de Zacharias. Ô diable pourquoi avait-il interféré pendant un moment professionnel ? Il ne mélangeait jamais sa vie privée et sa vie professionnelle. Toujours très légèrement tremblotant, il était à deux doigts de la crise de nerfs, d'une colère totalement injustifiée envers celui qu'il avait aimé des années auparavant.

« Euh, j'pense qu'on va peut-être devoir s'arrêter là. La prochaine fois, retour dans mon bureau. Euh, j'suis désolé, je-je... » Il avait envie de se fracasser la tête contre un mur, il avait la nette impression de se ridiculiser devant son patient, de ne plus être lui-même. « J'vous envoie un hibou pour le prochain rendez-vous ? Semaine prochaine ? Je, je vais voir ce qu'on pourrait faire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : spf, a.
› messages : 59
› autres comptes : none.
› célébrité : matt daddario.
› crédits : faust, ava. realizeship, gif.
› âge : survived a quarter.
MessageSujet: Re: drink the pain away (asaël)   Ven 12 Jan - 21:11

C'visible dans le visage de Nathanaël que quelque chose le chicote, le dérange depuis le passage de son ex petit-ami. Aspen lui, tente de rester léger, tente même une plaisanterie pour pas que l'atmosphère ou l'esprit de son psychomage oublie l'intervention. Même en disant que c'est pas grave, les mots semblent pas s'rendre à son regard. Il insiste pas l'Cheshire, hochant la tête et buvant une nouvelle gorgée de son thé rendu tiède, rendu presque à la fin de la tasse également. « C'pas une mauvaise idée de garder une trace de ce que je consomme en une journée. J'dois avouer que j'en aie pas vraiment conscience en général, ensorceler une plume et un calepin pour se noter chaque fois que je prends un joint une potion sera fait dès ce soir, Dr. Deveraux. » qu'il confirme en lui faisant un rapide sourire, sourire qui s'efface aussi vite quand il parle de sevrage. « Oh, je n'en doute pas. J'vais commencer par diminuer, une étape à la fois, puis traverse l'pont du sevrage une fois que ça m'sera impossible de rebrousser chemin. » Quoique pour un addict, y'a rien de plus facile que de se perdre dans les rechutes. Lui reste à espérer qu'il soit assez fort et motivé pour ne pas se laisser submerger une fois que le travail sera commencé.

Qu'importe, une fois le thé bu Nat propose de s'arrêter là pour cette fois-ci. As retient tout juste un déjà de surprise, sachant cependant qu'il est arrivé en retard. Voyant également le trouble du psychomage, il acquiesce d'un hochement d'tête et d'un nouveau sourire. « Aucun problème, je vais prendre le rendez-vous disponible. On se voit la semaine prochaine, dans ce cas. »
Déçu de devoir quitter Nathanaël si rapidement alors qu'il le voit pour une fois ailleurs que dans son bureau, mais il ne peut pas retenir son petit élan d'joie -inutile mais tout de même présent- de savoir qu'il est également attirer par les hommes. Et qu'en plus de ça, As est, selon les dires dudit Zach, le genre du psy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: drink the pain away (asaël)   

Revenir en haut Aller en bas
 
drink the pain away (asaël)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pain au chocolat Vs Chocolatine !
» Filière Blé- Farine- Pain
» ramener du pain
» [Baronnie] Saint Épain
» Décret prix du pain.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIEF'S DOWNFALL. :: rpg :: rps terminés-
Sauter vers: