Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le forum ferme ses portes. pour tout savoir, rendez-vous ici.

Partagez | 
 

 i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
› pseudo : marie.
› messages : 75
› autres comptes : none.
› célébrité : reinhart.
› crédits : milles rêves.
› âge : vingts ans.
MessageSujet: i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)    Dim 17 Déc - 10:17

ada freya abbot
he says, oh, baby girl, you know we're gonna be legends. im a king and you're a queen and we will stumble through heaven.
âge › vingt ans tout rond. t'es la gamine a peine sortie de l'adolescence et qui rentre à peine dans l'âge adulte. t'es entre deux âges, entre deux moments de ta vie complètement différent. tu dois être une adulte et pourtant tu te comportes quand même comme une gamine de temps en temps. date et lieu de naissance › un certain premier janvier, il y a vingt ans. t'as poussé ton premier cri à londres. t'as poussé ton premier cri alors que les flocons de neige tombaient encore et que certains fêtaient encore la nouvelle année. profession › langue de plomb. le secret. le mystère. l'inconnu. l'incertitude. situation amoureuse › seule. tu as déjà été en couple. plusieurs fois même, et ça ne s'est jamais bien terminé. tu n'es pas douée pour ce genre de chose. tu fou toujours tout en l'air. pourtant, il y a ce garçon qui te fait un peu tourner la tête. orientation sexuelle › tu t'es posée des questions durant ton adolescence, comme beaucoup de monde à cet âge là. t'as fait des expériences. qui t'ont plus au moins apportées des réponses. finalement, ce qui t'attires, c'est ce genre qu'on ces hommes. situation financière › t'es pas dans le besoin sans pour autant pouvoir jeter l'argent par les fenêtres. t'es une abbot, alors forcément t'as de l'argent. t'es dans la moyenne, finalement. groupe › avada kedavra. avatar › lili reinhart. crédit › milles rêves.
sarcastique, patiente, maladroite, anxieuse, loyale, émotive, pessimiste, indépendante, introverti, protectrice, passionnée, discrète.
statut du sang › sang pure. comme tous les abbot. ancienne école/maison › le jaune et noir, tu les a portés pendant sept années. poufsouffle. baguette › bois de vigne, crin de licorne, vingt-trois centimètres. très flexible. patronus › incapable de jeter ce sortilège. épouvantard › la mort. la simple et dure mort. qui la regarde droit dans les yeux,  prête à la faucher. amortencia › de la lavende. une subtil odeur de cuir. la douce odeur d'une nuit d'été. signe(s) distinctif(s) › tes cheveux d'or et tes yeux verts qui sondent les âmes.
quand t'as eu quatre ans, t'as piqué ta première crise. ton grand frère voulait aller jouer avec ses amis, et toi tu le voulais pour toi toute seule alors t'as hurlé et pleuré jusqu'à ce qu'il reste avec toi. mais t'as pas apprécié cette après-midi avec lui. pas après avoir vu sa tête déconfite en abandonnant ses amis. quand t'as eu dix ans, tu t'es occupée toute seule pour la première fois de ta petite soeur. petite soeur que tu avais détestée en apprenant son existence. petite soeur que tu adores désormais. tu t'en es occupé comme maman. parfaitement. elle a même pas pleuré une seule fois de toute la journée dans tes bras. quand t'as eu douze ans, t'as remarqué qu'un garçon de ton âge, de serdaigle, avait du mal en potions. tu l'as regardé pendant une heure dans la bibliothèque, oubliant tes propres devoirs. il s'en tirait presque les cheveux. ce n'est que plus tard que tu t'es décidé à venir vers lui et lui proposer ton aide. finalement, tu es restée l'aider pendant plus de trois heures. quand t'as eu quinze ans, t'as eu ta première crise de panique. quelques jours avant ton premier examen. t'étais tellement stressée pendant des semaines, voir des mois, que ton corps a finalement lâché. en plein milieu du dortoir t'as commencé à t'étouffer. t'avais aucune idée de ce qui se passais. c'est une fille de douze ans, née-moldue, qui t'as aidée, elle-même habituée à ce genre de chose. quand t'as eu seize ans, t'es tombée pour la première fois amoureuse. un poufsouffle de dernière année. même pas celui qui fait tomber toute les filles, non. et puis vous avez commencé à vous fréquenter. vous voir entre deux cours. sortir un peu plus tard le soir. et très vite il est devenu étouffant. voulant tout contrôler, tout savoir, tout comprendre, trop vite. et tu t'es sentie vulnérable. et t'as tout arrêté. quand t'as eu dix-sept ans, tu t'es battue pour la première fois. à mains nus. contre un autre septième année. un serpentard. qui avait insulté ta petite soeur. ta pauvre petite soeur, trop fragile et trop jeune pour tout ça. tu t'es jetée sur lui sans penser aux conséquences. sans penser à ce qui pourrait t'arriver. toi, bien trop protectrice envers ta famille.
janvier 1968 › premier janvier. les flocons de neiges tombent, formant un lourd manteau blanc sur le sol. il fait froid. c'est glacé, même. il fait à peine jour, et les derniers fêtards rentrent chez eux. le manoir des abbot est calme. personne ne parle, personne ne bouge. on n'entend que les cris de ta mère qui hurle alors que tu lui déchires les entrailles. tes frères attendent devant la porte avec le père. et puis soudain, la mère arrête de hurler. pendant quelques secondes, tout le monde retient son souffle. c'est comme si le temps c'était arrêté. et puis enfin, tu hurles de toutes tes forces. on se presse dans la chambre pour te voir. t'es toute fripée, toute petite et ton plus jeune frère ne veut pas te toucher parce qu'il a peur de te faire mal. ta mère est fatiguée, transpirante mais rayonnante. et toi tu t'endors tranquillement tout contre sa poitrine. mars 1973 › t'es seule dans ta chambre. les larmes coulent à flot, et tes joues sont rouges d'avoir tant crié. t'as piqué une énième crise. l'autre jour, c'était quand t'es parents t'ont annoncé que t'allais avoir un petit frère ou une petite soeur. t'as hurlé en entendant cette nouvelle. tu veux pas ne plus être la petite dernière toi. la petite dernière qui se fait chouchouter par ses parents. celle qui a toute l'attention des géniteurs. alors t'as piqué ta crise et tu t'es enfermée dans ta chambre pendant trois bonnes heures jusqu'à ce que ton paternel vienne te parler un long moment.  aujourd'hui t'as crié parce que ton plus grand frère doit partir dans quelques jours. il dit qu'il va aller à l'école. poudlard. et puis il a dit qu'il reviendrait que dans plusieurs mois. t'as pas aimé. t'as pleuré et crié et frappé. parce que ton grand frère tu le veux près de toi tout le temps. février 1978 › tes pieds suivent le tempo. encore et encore. les mêmes mouvements. des heures durant, sans jamais s'arrêter. jusqu'à ce que tes pieds te fasses souffrir, qu'ils soient au bord du saignement. jusqu'à ce qu'une crampe te prenne et t'obliges à t'arrêter quelques instants pour te reprendre. mais tu es obstinée, et tu n'arrête jamais et surtout tu ne laisses rien t'arrêter. alors tu continu tes mouvements au rythme de la musique. ta professeur te regardes, les yeux brûlant ta nuque et scrutant la moindre erreur qui pourrait t'être fatale. la danse, c'est avant tout une passion pour toi. tu l'a connue toute petite. mais désormais, c'est un sport. une compétition. tu dois être la meilleure. dans quelques jours tu as une représentation. ton père sera là, et ta mère sera là aussi. tes frères ne seront pas présents, étant à poudlard, mais ta petite sœur te regarderas de ses petits yeux émerveillés. alors tu dois être parfaite. septembre 1979 › c'est le grand jour. tu es enfin à poudlard, toi qui en a rêvé tant d'années. venant d'une famille de sorciers, tu en as toujours entendu parler. des histoires surprenantes, parfois merveilleuses et d'autres fois terrifiantes. quand le choixpeau est posé sur ta tête, tu trembles comme une feuille. tu es même pratiquement sûre que les élèves assis au fond de la grande salle peuvent voir  tes jambes trembler. cependant, tu sais pertinemment où tu vas être envoyé. une grande majorité des abbot ont été envoyé à poufsouffle. poufsouffle, c'est votre maison. mais tu sais que tes parents ne diront rien si tu es envoyée à serdaigle ou gryffondor. si tu es répartie à serpentard, là tu risquerais d'avoir des problèmes. mais ton père t'as rassuré avant de partir dans le train, en direction de ta nouvelle vie. tu as le caractère d'une poufsouffle, mais d'une serpentard. alors ce n'est pas une grande surprise lorsque le choixpeau, après seulement quelques secondes de réflexion, s'exclame haut et fort poufsouffle! décembre 1980 › tu n'es qu'en seconde année, et tu n'as peut-être que douze ans, mais tu vois bien ce qui se passe autour de toi. les murmures dans les couloirs. les regards inquiets des adultes. le visage de plus en plus rongé par l'inquiétude de tes parents. tu comprends que quelque chose se passe. quelque chose se prépare. tu sais qu'un type veut prendre le pouvoir. tu sais aussi que ce type était à serpentard, et qu'il a une vision des choses qui correspond bien à cette maison. peut-être même trop. tu sais aussi que ton amie, qui partageait le même dortoir que toi l'année dernière, n'est pas revenue cette année. quand tu as demandé où elle était, les professeurs t'on juste regardé avec tristesse. quand tu as dis ça à tes amis, une cinquième année de gryffondor a dit qu'une de ses amies n'était pas revenue non plus cette année, et qu'elle n'arrivait pas à la joindre. en reliant les informations, tu as compris que tous ces enfants étaient des nés-moldus. on ne veut pas te dire ce qu'il se passe réellement, mais tu as bien ta petite idée. mars 1981 › ton père est mort. le plus grand de tes frères est à l'hôpital. ses blessures sont graves. deux aurors. deux combattants. tu as été réveillée très tard dans la nuit, ou peut-être très tôt le matin, et on t'as sortit de ton dortoir à toute vitesse, sans prendre le temps de t'expliquer. c'est encore en pyjama que tu vois ta mère en pleure dans le bureau de dumbledore, alors que celui-ci essaye de la réconforter du mieux qu'il pleut. quand elle t'annonce que ton paternel est mort, tu ne comprends pas du tout, comme s'il y avait un court circuit dans ton cerveau. quand elle ajoute que ton frère est dans un état grave, tu es encore plus perdue. c'est quand tu vois enfin le cercueil, plusieurs jours plus tard, que tu comprends. et que tu t'effondres au milieu de la cérémonie. on ne fait même pas attention à toi. tu vois tous les jours ton frère à l'hôpital. ils disent que sont pronostic vital est mal engagé. toi tu lui tiens juste la main pendant des heures. octobre 1981 › ils disent que c'est la fin de la guerre. enfin. après tant d'années. après tant de souffrance. après tant de morts inutiles. il parait que c'est enfin la paix dans le monde des sorciers, tout ça grâce à un petit garçon. tu regardes tout le monde faire la fête. comme si le monde revivait subitement après des années et des années en suspend, où l'on attendait la mort comme une épée de damoclès sur la tête. tu regardes ton frère revivre sur son lit d'hôpital. lui qui était si pâle et froid et pratiquement sur son lit de mort semble plein de vie aujourd'hui. riant et blaguant et buvant avec ses amis et sa famille. et toi tu restes à l'écart. sans rien dire. tu peux pas être joyeuse, pas tout de suite, pas maintenant. tu peux pas enlever toutes ces images de ta tête, les images de la guerre et de la destruction. tu peux pas être heureuse tout de suite. plus tard. juin 1986 › ça y est. tu as terminé. fini poudlard. fini les belles années à vivre dans une sorte de monde parallèle où tu es protégée de tout et de tous. où la vraie vie semble si lointaine, si inaccessible. tu as hâte d'enfin connaître la vraie vie. ce qui se passe en dehors de la protection de poudlard. la vie pure et dure. celle qui ne te donne pas de deuxième chance et ne préviens pas. tu célèbres avec ta petite bande d'amis que tu penses, espère, garder à vie, et ta famille. ils sont tous si contents. toi tu regardes quelques instants la chaise réservée à ton père. il y a juste une photo de lui à sa place. il sourit à pleine dents. et toi tu souris alors en retour. janvier 1988 › on est le premier janvier. à nouveau. il y a à peine vingt-ans tu poussais ton premier cri, entourée de toute ta famille. aujourd'hui, vingt-ans plus tard, tu parcours seule les couloirs de ministère pour t'engouffrer dans ton service. le département des mystères. tu salut d'un coup de tête les quelques têtes que tu rencontres. la plupart des gens se remettent peu à peu de leur nouvel an aujourd'hui. mais pas toi. tu n'as personne avec qui fêter la nouvelle année, ou même ton anniversaire cette année. tu es devenue langue de plomb. un travail fait pour toi. un travail où le secret règne. où l'on ne se dit rien. où tout n'est qu'illusion. oui. un travail qui te convient, qui te complète.  
fiche (c) blue walrus
  the muggle-born's tale :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : hallows/marianne.
› messages : 778
› autres comptes : victor mancini.
› célébrité : ana de armas.
› crédits : avatar (c) killer from a gang, signature (c) hallows.
› âge : vingt-sept ans, les années qui passent, la jeunesse est loin, trop loin.
MessageSujet: Re: i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)    Dim 17 Déc - 10:26

liliiiiiiii, cet avatar est magnifique
et puis tout ce mystère, aaah, je veux tout savoir

bienvenue sur TD, et bon courage pour ta fiche
si tu as besoin de quoi que ce soit, hésite pas

_________________
let me just stop trying, let me just stop fighting. i don’t want your good advice or reasons why I’m alright, you don’t know what it’s like.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : blue walrus. (clo)
› messages : 524
› autres comptes : perry.
› célébrité : david prat.
› crédits : avatar (c) balalaika aka mason le parfait. – signature (c) thirty seconds to mars.
› âge : vingt-huit ans.
MessageSujet: Re: i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)    Dim 17 Déc - 10:34

omg elle se ressemble tellement pas sur ton avatar, mais elle est tellement belle. et puis, lili en abbot, c'est tellement ma mort, c'est trop parfait. j'ai bien hâte d'en apprendre plus sur elle, en tout cas. I love you

bienvenue sur td, la belle. bon courage pour la rédaction de ta fiche, et si tu as besoin de quoi que ce soit, surtout n'hésite pas. I love you I love you I love you

_________________

Can you even see what you're fighting for? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear. Take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, Times are changing. do you believe ? walk on water.▼▲
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : penthésilée +ophélia.
› messages : 313
› autres comptes : none.
› célébrité : Gal Gadot.
› crédits : mason (le plus parfait) +av.
› âge : trente ans.
MessageSujet: Re: i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)    Dim 17 Déc - 10:42

je hurle devant ce pseudo de fou. et reinhart est un choix divin, surtout en abbot
bon courage pour ta fiche, bôté. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : la p'tite mouette.
› messages : 121
› autres comptes : aucun.
› célébrité : matt smith.
› crédits : la p'tite mouette.
› âge : trente-trois ans. l'âge défile et le corps se meurt mais l'âme reste insouciante et espère atteindre l'immortalité à jamais. je suis comme peter pan. je ne veux pas vieillir.
MessageSujet: Re: i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)    Dim 17 Déc - 12:00

omg, tellement ! lili en abbot, je plussoie !
et puis la même, je veux en savoir plus sur la petite ! <3
welcome here et bonne chance pour l'écriture de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : marie.
› messages : 75
› autres comptes : none.
› célébrité : reinhart.
› crédits : milles rêves.
› âge : vingts ans.
MessageSujet: Re: i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)    Lun 18 Déc - 10:58

merci à vous tous.
je vais essayer de finir au plus vite ma fiche, histoire de faire durer le suspens un peu moins longtemps!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
› pseudo : hallows/marianne.
› messages : 778
› autres comptes : victor mancini.
› célébrité : ana de armas.
› crédits : avatar (c) killer from a gang, signature (c) hallows.
› âge : vingt-sept ans, les années qui passent, la jeunesse est loin, trop loin.
MessageSujet: Re: i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)    Mar 19 Déc - 16:53

mais c'est pas du tout une horreur voyons
moi j'ai trop adoré ta fiche, ta plume est super agréable et j'aime trop ada aspaosjfapsc
si douce et dure à la fois, puis langue-de-plomb et c'trop triste son papa huhu
bref je te valide avec plaisir, bon jeu parmi nouuuuus

_________________
let me just stop trying, let me just stop fighting. i don’t want your good advice or reasons why I’m alright, you don’t know what it’s like.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)    

Revenir en haut Aller en bas
 
i'm bad at love, but you can't blame me for tryin'. (aa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIEF'S DOWNFALL. :: GESTION :: into the pensieve :: fiches validées-
Sauter vers: